• Chapitre 24

    Je n’eus pas le temps de sortir mon portable qu'une voix qui m'étais familière retentit

    Kotori : Pour le savoir, ouvre le!

    Je tournai la tête et tomba nez à nez avec Kotori sous le coup de la surprise je poussa un cris

    Kagami : NON MAIS CA VA PAS?! TU VEUX ME FAIRE MOURIR OU QUOI?!

    Kotori: Tu ne m'avais pas vu?

    Mon portable vibra à nouveau me faisant à nouveau sursauter

    Kotori : He bah dis donc Kagami un rien t'effraie dit la jeune apprentie pour se moquer

    Je lui lança un regard noir et ajouta

    Kagami : Un mot de plus et je ne répond plus de rien.

    Kotori : Ooo...ooo...okay dit elle terrifiée

    Je pris mon portable.

    Kagami : Un appel manqué, Myo?

    Je me décidais à la rappeler. Au bout de trois fois elle répondit

    Myo : Kagami?

    Kagami : C'est bien moi. Tu as un problème Myo?

    Myo : Est-ce...Est-ce qu'on pourrait se voir?

    Kagami :  Bien sur ma Myo.

    Myo: Merci... Je t'attend à..

    Kagami : C'est normal Myo.

    Myo : A tout de suite

    Elle raccrocha. Elle n'avait pas l'air bien du tout. Je me dépêchai

    Kotori : A ton avis qu'est-ce qu'il y a Kagami?

    Kagami : Je me le demande.

    Kotori : Kagami comment tu peux savoir où elle est si elle ne t'a pas dit où la rejoindre?

    Kagami : Je sais où elle est. Quand nous étions plus petite on se retrouvait souvent à "cet" endroit. Et je sais que quand Myo ne va pas bien elle y va.

    Kotori : Ouaaah

    Kagami : Qu'est-ce qui te fascine tant Kotori?

    Kotori : Vous vous comprenez si bien... Je n'ai jamais réellement eu quelqu'un à qui dire mes secrets. Quelqu'un qui me comprendrait comme vous le faites. J'ai l'impression d'être abandonnée

    Kagami : Ne dis pas n'importe quoi voyons

    Je sentis son regard sur moi et d'une voix pleine de joie elle lança dans un cris

    Kotori : Yeaaaaah

    Un sourire se peint sur mon visage. Je vis Myo. Rien n'avait changé. Toujours le même décor, toujours aussi magnifique. Notre endroit. Une longue rivière s'écoulait, l'herbe fraîche et toute verte sous chacun des pas que l'on faisait. Il y avait un cerisier. En étant fleuri il était si majestueux, si beau, il avait l'air de s'embellir chaque année. Depuis toujours j'étais émerveillée en le voyant. Je m'avançais vers Myo qui était assise au sol à environ deux mètres de l'eau, le regard vide, dénudé d’émotion. Son regard jade d'habitude si étincelant avait perdu toute sa vivacité. Je m'approchai d'elle et lui dit la sortant de ses pensées

    Kagami : Me voila. Désolée de t'avoir fait attendre.

    Elle tourna son visage fin vers moi et s'efforçant de sourire elle me répondit

    Myo : Ce n'est rien voyons!

    Elle avait ce faux sourire collé aux lèvres. Il... Il me gênait. Je me posai à ses côtés et en revoyant le paysage d'anciens souvenirs me revinrent. Maintenant que j'y pensais, Myo et moi avons toujours été très proches. Depuis le plus jeune âge.

    Kagami : Cet endroit me rappelle tant de chose pas toi?

    Elle avait à nouveau le regard perdu dans le vide

    Kagami : Tant de souvenirs refont surface d'un seul coup. C'est comme le jet d'un tuyau, l'eau sort rapidement du tuyau. Ou comme une fontaine. Ou encore comme la glace contenue dans un tube qu'on aspire.

    Elle éclata de rire et se tourna vers moi les larmes aux yeux

    Myo : Haha Kagami ! Sur ce point tu n'as réellement pas changé. Toujours la même façon de voir et de comparer les choses!

    Kagami : On ne change pas quelqu'un de parfait

    Myo : Hihi toi parfaite?

    Elle souriait comme jamais. Ses lèvres s'étiraient à leur maximum. Les larmes étaient de plus en plus nombreuses et elle se pliait en deux tenant son ventre

    Kagami : Je ne vois pas ce qui te fait rire dis-je d'une voix feignant l'innocence

    Myo : Oh je t'en supplie arrête ! Je....j'en peux... Plus!

    Je la fixais, son rire était contagieux. Je me mis à mon tour à rire. Ce n'était pas possible de rire autant! Au bout de cinq bonnes minutes on réussit enfin à reprendre notre calme. On se rappelait du bon vieux temps. Ce temps où nous ne connaissions rien qui puisse nous faire mal mentalement ou au cœur. Ce calme que nous essayions tant bien que mal à conserver, chose totalement impossible. Le temps passait on s'était mise à marcher toujours en.nous rappelant nos moments passés ici etc... Puis un silence s’installa je le brisai en demandant à Myo

    Kagami : Au fait Myo pourquoi voulais-tu qu'on se voit?

    Elle trouva soudain que ses chaussures étaient étonnamment intéressante

    Myo : Pour le simple plaisir de se voir?

    Kagami : Alors que tu avais un regard aussi vide que mes poches?

    Myo : Je voulais te voir pour me confier à toi. Tu es la seule à me comprendre

    Kagami : Qu'est-ce qui te met dans cet état?

    Myo : C'est à propos d'Ikki et moi....

     

    Chapitre 23

     

    Chapitre 25


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :