• Je marchais sous cette pluie, la nuit était tombée. Aujourd'hui était un jour funeste. J'étais dans un monde différent de la réalité. Je marchais puis je commençai à traverser, soudain, je vis deux lumières. Une voiture se dirigeait vers moi, je restai planter, je n'arrivais plus à bouger. Le véhicule continuait d'avancer vers moi. Il était juste devant moi, quand je sentis deux bras m'entourer. Une personne avait sauté sur moi, on se retrouva à l'endroit où j'étais quelque temps avant. Aujourd'hui était un jour funeste. La voiture s'arrêta et un homme en sortit. Il était panique. Il arriva devant nous, la personne qui m'avait sauvé me tenait toujours. Quand l'homme était juste derrière nous, cette personne me lâcha et se releva. L'homme demanda :

    - Vous allez bien ?! Excusez-moi mademoiselle

    - Ne vous excusez pas, c'est de ma faute, je n'ai pas fait attention.
     

    - Et vous jeune homme vous n'avez rien ?
     

    - Moi ? Non, j'ai rien.

      - Encore une fois je suis désolé .

    L'homme après s'être excusé plusieurs fois s'en alla . Je connaissais la voix de mon sauveur. Il se tourna, j'étais toujours à terre, il s'approcha de moi et me tendit sa main. Qu'est c'que tu fais dehors à une heure pareille ?

    - Usami ?! Qu'est c'que tu fais dehors à une heure pareille ?!

    - Je rentre chez moi

    - Par ce temps !

    Je me relevai et ignorai sa question et dis :

    - Merci.

    Je commençai à partir, je sentis une main attraper mon poignet et me traîner . Kyou est un garçon de ma classe c'est le frère d'une de mes amies Kaori. Je le connais depuis trois ans. Trois ans qu'on est dans la même classe. Ces derniers temps, dès qu'il s'approche de moi, je perds tous mes moyens. Pourtant, il passe son temps à draguer toutes les filles et moi hé bien quand il essaye, je le frappe. On passa nos journées à se disputer. On arriva devant un immeuble, il ouvrit la porte.

     - Lâche moi , j'aimerai rentrer !

    - Oui oui, c'est ça.

    On entra, je le faisais ralentir, il s'arrêta et se tourna vers moi, il me lâcha la main.

    - Merci !

    Soudain je sentis un main dans mon dos et une autre sous mes jambes .

    - Laisse moi redescendre espèce d'idiot !!!

    - T'es sûr ? Tu sais qu'on est au 5e étage.

    - ...

    Je ne répondis pas. On arriva devant une porte, il l'ouvrit et une fois à l'intérieur, il me déposa sur un canapé et me dit :

    -La salle de bains est par là.

     - Je n'ai même pas de vêtements de rechanges !

    - Va dans la chambre de ma soeur t'as qu'a chercher quelque chose qui peut aller . J'te préviens, elle met que du court.

    Après ça, il s'en alla, sûrement vers la cuisine. Je me levai et me dirigeai vers la chambre de Kaori. J'ouvris l'armoire et vis plusieurs tenues.Après ça, il s'en alla, sûrement vers la cuisine. Je fis ma douche, puis sortis de la baignoire. J'ouvris l'armoire et vis plusieurs tenues. Je savais que Kaori mettait des habits courts, mais je ne pensais pas qu'elle avait plus court. Et comme par hasard, je me retrouve sur la plus courte ! Je sortis de la salle de bains et me dirigeai vers le salon. Quand j'arrivai, je vis Kyou assis devant la télé, il n'avait plus de haut

    - Ahhhhhh t'as fini

    - Oui

    Il se leva et vint vers moi , il pris la serviette que j'avais posé sur le rebord du canapé et commença à me sécher les cheveux . Il s'arrêta et me regarda dans les yeux . Je ne le connaissait pas comme ça . Je rougis il me mit alors la serviette sur le visage et s'éloigna


    - Tu ne peux même pas te sécher les cheveux sans moi.

    Je sentis le rouge me monter. Il m'énervait !

    - Grrrrrrr je t'ai jamais demandé de faire quoique ce soit!

    - Au fait où t'étais avant que je te trouve ?

    Je m'assis sur le canapé et répondis

    - J'étais au cimetière, je suis allée voir mes parents ils sont mort il y a deux mois . Mais qu'est c'que ça peut te faire ? Tu t'en moque

    - non je ne m'en moque pas parce que c'est toi

    La lumière s'éteignit.

    - Ra ... Rallume la lumière

    - J'aimerai bien, mais c'est tout bonnement impossible

    Je sentis quelqu'un se mettre à côté de moi.

    - ahhhhhh

    - Hé, c'est que moi

    - Tu m'as fait peur abrutis !

    Je lui frappais le torse, il me prit alors les poignets. Quand j'entendis le bruit, je me jetai dans ses bras. Soudain, le bruit du tonnerre retentit Kyou me tenait toujours les poignets. Quand j'entendis le bruit, je me jetai dans ses bras.

    - J'te lâcherai pas t'inquiète.

    - Désolée, j'ai une peur bleue des orages.

    - Calme-toi.

    Je m'agrippais plus à lui. Soudain, je sentis quelque chose de doux sur mes lèvres. La lumière se ralluma, je ne lui résistais pas, je n'en avais pas la force. La lumière se ralluma, je ne lui résistais pas, je n'en avais pas la force. J'allai le frapper, mais il me fit basculer vers l'arrière et se retrouva sur moi.

    - Lâche-moi !

    - Si tu te calmes, j'te lâche.

    - Tu veux que j'me calme alors que tu viens de me voler mon premier baisé !!!

    - Ça n'avait pas l'air de te gêner .

    Le bruit du tonnerre recommença, je m'agrippai à nouveau à lui.

    - Décidément.

    Il me serra contre lui et me caressa les cheveux.

    - endors-toi, je ne partirais pas t'inquiète.



    Elle finit par s'endormir. Je la pris et allai la poser sur mon lit quand je voulus la déposer, elle ne me lâchait pas, elle restait accrochée. Je me couchai alors à côté d'elle. Je la regardais, elle était plutôt mignonne.

    - Kyou...

    Tout chez elle me plaisait. Sa peau était douce ses lèvres pulpeuses. Je les regardai, j'avais envie de l'embrasser à nouveau. J'arrêtai de les regarder et la regarda-t-elle. Endormie, elle était vraiment belle. Une de ses mèches tomba sur son visage. Une de ses mèches tomba sur son visage. Finalement, je m'endormis à mon tour en la serrant contre moi.

    *lendemain*

    Je me réveillai , Usami avait disparu. Le week-end passa rapidement. Lundi les cours passèrent normalement, usami avait l'air ailleurs

    - Alors t'as craqué sur elle ou quoi ?

    - Aku arrête tes idioties.

    - Vu ton regard, il s'est passé quelque chose

    - Absolument pas.

    - Hm . N'empêche, tu ne peux pas dire le contraire, Usami est plutôt mignonne, belle, et en plus bien formée

    Je lui mis un coup et sortis de la salle. La porte s'ouvrit soudainement. J'étais chez moi, ça faisait 3 mois qu'on s'est plus parlé. La porte s'ouvrit soudainement. Kaori entra, elle tenait la main d'Usami , quand elle me vit, elle détourna son regard. Kaori la traina jusqu'à sa  chambre. Quelques minutes après elle ressortirent. Kaori vint me prendre le bras.

    - Je peux savoir ce qui se passe

    - Bah, c'est simple, on va à la plage.

    Je n'eus pas le temps de répliquer qu'elle me poussa vers Usami qui était adossée contre le mur. Je me poussai. La journée passa, et à la fin de celle-ci, on rentra, sur le chemin Aku et Kaori nous laissèrent. Je m'arrêtai puis elle fit de même.

    - Tu sais que tu m'en dois une.

    - Qu... Tu sais que tu m'en dois une.! Et depuis quand ?!!

    - depuis ce jour-là, c'est-à-dire il y a trois mois.

    - Je ne t'avais rien demandé !

    Soudain, elle se fit bousculer et son portable fut éjecté. Elle se précipita vers la rampe de fer et regarda son portable, il était sur le rebord du canal

    - Ne tombe pas !

    Et le portable tomba dans l'eau.

    - Mon portable !!!

    J'enlevai mes chaussures et mon haut et m'approcha de la rampe. Je me préparai à sauter, mais elle me retint par le bras .

    - a...a...a... Je me préparai à sauter, mais elle me retint par le bras .!!

    - J'vais chercher ton portable.

    Je sautai dans l'eau et le récupérai. Je remonta à la surface, je la vis elle regardait dans ma direction . Mais t'es complétement fou !!! Je montai sur le petit trottoir ? Et la vis arriver

    - Mais t'es complêtement fou !!!!

    Je lui tendis son portable, elle se baissa le prix et le jeta derrière elle. Elle ouvrit son sac et en sortit une serviette. Je la pris

    - Espèce d'idiot, débile, crétin, c...

    Je la stoppai en mettant ma main devant sa bouche

    - J'ai compris

    Elle se jeta sur moi

    - Maintenant, tu m'en dois deux.

    - J'ai eu peur ! Pourquoi t'as fait ça imbécile !

    - Pourquoi ? Hé bien, c'est simple. Tu n'es pas comme les autres filles, tu es mignonne, belle, tu ne te laisses pas faire. Tu es différente, c'est ça que j'aime, c'est pourquoi je t'aime.

    Elle me regarda.

    - Tu... Tu restes un idiot, mon idiot.

     Elle passa ses bras autour de mon cou, elle répondait à mon baiser. Je mis fin à ce baiser et la serrai dans mes bras sans la lâcher.



    Fin :)


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique