• Tout commença un soir de décembre, la neige, le vent glacial, les flocons blancs, tous étaient au rendez-vous. En cette saison le paysage portait un merveilleux manteau immaculé. Ran, une demoiselle plutôt banale aimait cette période de l'année. Le temps était certes froid et elle attrapait souvent des rhumes, mais cela n'empêchait pas qu'elle adorait l'hiver, décembre concluait avec beauté toute une année.
    Noël

    A seize ans elle fit une rencontre sur internet, rien d'extraordinaire à priori, un jeune homme de son âge, Aoi, peu à peu ce dernier prit une place particulière dans son cœur. Ce fut une rencontre faite par hasard, une erreur. Erreur transformée en chance. Dans le noir le plus complet Ran et Aoi faisaient connaissance. Ils s’appréciaient, une conversation, puis deux, puis trois...

    C'était devenu un…rituel? Ils se disaient tout, se promettaient de ne jamais se mentir, quand l'un allait mal l'autre était là. Evidement il y avait des disputes. Pourtant Aoi ne pouvait se passer de la brune, celle-ci pouvait l'ignorer pendant des mois, il trouvait toujours THE phrase. Elle détestait perdre, Il l'énervait mais cela importait peu, il était comme il était et elle l'aimait tel quel. Il réussissait toujours à la récupérer.

    Pour les deux adolescents cette rencontre représentait beaucoup. Ils continuaient de grandir, tout comme leurs sentiments. Ils étaient deux inconnus rencontrés par erreur, en premier de bons amis puis peu à peu ils avaient ensemble construit une amitié indestructible, se parler devenait vital, l'envie d'entendre la voix douce ou grave de l'autre résonner comme une mélodie à travers les écouteurs des deux jeunes leur était agréable.

    Peu à peu un nouveau sentiment prit place et se mit à l'aise dans le cœur de chacun. Ce dernier rendait leurs envies plus fortes, plus intenses encore. Une fois ensemble ces deux-là ne pouvaient se séparer, même les "je vais dormir bonne nuit ~ " duraient une éternité, la voix douce, le rire cristallin, les petites phrases dites de manière si mignonnes involontairement par Ran faisaient craquer Aoi, alors il la retenait un peu plus et elle ne résistait pas.

    D'ailleurs un soir le jeune homme fut surpris par sa mère qui était certaine qu'il dormait.…la conversation entre la femme et son fils avait fait rire aux éclats la brune. Le noiraud gêné lui promit de se venger avant de lui envoyer un bisou virtuel suivit d'un bonne nuit, auquel l'adolescente répondit d'une voix charmée. Tous deux se souvenaient ne pas avoir réussi à dormir immédiatement. Et même endormis, tout cela les hantait.

    Une année, deux, puis trois et Ran se décida enfin à mettre au clair tout ce désordre. Mais avant qu'elle n'ait pu écrire quoique ce soit, Aoi la devança, il avait entendu sa voix, vu une photo d’elle, d'ailleurs elle était mignonne, et plutôt belle. Maintenant il voulait la rencontrer être plus proche encore d'elle. Il laissa glisser ses doigts sur son clavier à une vitesse folle.

    De son côté Ran tournait et tournait et tournait encore sur son siège, une de ses amies lui avait conseillé de lui parler et de mettre les choses au clair. Autant dans sa tête que dans son cœur. Et elle était décidée ! La demoiselle ne s'arrêtait plus soudain d'une voix sure elle s'exclama "Trouvé ! ".

    Elle se rapprocha de son bureau s'installa confortablement, ou pour ceux qui connaissent le mode flamant rose.... Son cœur battait à tout rompre elle leva les yeux vers son écran et vit le message du jeune :

    " Ran... et si on se rencontrait? "

    Elle lâcha un long " Heeeeeee? " si long et fort que sa mère adoptive ouvrit la porte de sa chambre essoufflée et effrayée.

    - Un problème ma chérie...? Questionna-t-elle. Ran se tourna et tout en mettant ses mains devant elle de manière gênée elle assura à sa mère que tout allait très bien ! La mère sortit de la chambre en soupirant de soulagement. La brune fronça les sourcils et gonfla les joues. Ses doigts glissaient sur les touches du clavier très rapidement "Tu m'as pris de vitesse ! C'pas juste ! " Annonça-t-elle en premier et immédiatement tout en lâchant un petit "Yataaaaaa" elle pianota une nouvelle fois pour écrire "Hm... ok ^^ "

    Derrière son écran Aoi laissa un merveilleux sourire rempli de joie et de tendresse se dessiner. A son tour il pianota sur son clavier "Cool disons le jour de Noël? "  Les battements du cœur de la demoiselle accéléraient de plus en plus. Elle ne put retenir un sourire sur ses lèvres fines. La brune était totalement dans les nuages, son cœur était léger comme une plume, la joie l'avait envahie et elle se remit à tourner, tourner et tourner encore sur son siège jusqu'à en avoir mal au crâne.

    "A table ! " hurla sa mère faisant sursauter sa fille qui finit par simplement lâcher un "J'arriiiiive !". Ran se réinstalla confortablement, vous vous rappelez? Mode flamant rose. Et en écrivant rapidement elle envoya "Ça me va ! On en reparle après, je vais manger !". Elle était vraiment heureuse. Chose que sa mère remarqua. Pendant le repas qui était succulent, tous les sujets de conversation étaient passés. Ran participait à moitié de moitié de moitié. Et cela ne passa pas inaperçu...Après un long interrogatoire de sa mère, face à face dans leur grand salon la demoiselle pu retourner dans sa chambre.

    D'ailleurs une fois enfermée dans cette dernière elle se précipita vers son ordi et vit un nouveau message, elle n'hésita pas une seconde, son cœur battait à toute vitesse, elle regarda immédiatement le message mais fut déçue. Ce n'était pas Aoi, mais l'une de ses amies. Elle lui répondit rapidement et sans attendre, la brune envoya un nouveau message au jeune homme. Justement entre temps ce dernier avait mangé très rapidement et avait patienté pendant que sa jambe bougeait...nerveusement? Il avait eu le temps de terminer les trois derniers épisodes de son anime préféré, faire un dessin de son perso préféré en noir et blanc ainsi qu'un de Ran. Mais contrairement au premier il l'avait fait en couleur, après l'avoir terminé il devait avouer qu'il en était assez fier.

    C'est à ce moment qu'il reçut le message de celle qui hantait principalement ses pensées. Il ne perdit pas une seconde et lui répondit immédiatement. La demoiselle aux yeux verts comme une belle plaine mit un de ses écouteurs tandis que le jeune homme aux yeux comme l'océan appelait. Ils étaient repartis pour une nuit entière à parler de tout et de rien.

    Une nuit entière à écouter, savourer la voix de l'autre. Ecouter la douce mélodie de la voix de l’être aimé se propager au creux de l'oreille, avoir l'impression que cette personne est là près de vous, vous chatouillant de son souffle chaud... Ran adorait ses écouteurs car c'était grâce à eux qu'elle avait cette douce impression. C’était la routine pour eux, jour après jour, nuit après nuit.

    Peu à peu Noël approchait, en pensant à ce jour Ran sentait une boule se former dans son estomac, vous savez cette boule qui vous tort l'estomac à cause de la peur ou tout simplement à cause du stress. La brune la sentait, et elle en était terrifiée. Pendant les conversations principalement nocturnes, Aoi entendait la voix hésitante de Ran et les rares fois où tous deux mettaient leur cam il la voyait tourner sur son siège sans s'arrêter.

    Il lui demandait "Qu'est-c'que tu fous?" Ce à quoi elle répondait "Je tourne !"   Il adorait les réponses qu'elle lui sortait et ne pouvait s'empêchait de rire.

    D'ailleurs la veille de Noël, pendant qu'il la regardait tourner, une folle envie de la prendre dans ses bras, et de goûter à ses fines lèvres le prit. De sa voix grave mais étonnamment calme il ne put s'empêcher de dire à voix haute, "Ran arrête de tourner"

    La demoiselle tenta une première fois de s'arrêter mais au bout de dix secondes elle était repartie pour un tour et c'était le cas de le dire.

    Un sourire se dessina sur le visage du noiraud, il était amusé. " Si j'étais avec toi je te prendrais contre moi et t'embrasserais." déclara-t-il.

    La demoiselle s'arrêta instantanément de tourner mais n'osa pas regarder la cam dans son dos. Son cœur battait à tout rompre ses joues étaient certainement en feu et sa respiration était irrégulière.

    Remarquant que la jeune femme ne bougeait plus il ne put s'empêcher d'en rajouter "Je passerais une main ferme sur tes hanches pendant que mon autre main caresserait ta joue. " La demoiselle toujours dos à son ordinateur ne put s'empêcher d'imaginer la scène. Un frisson parcourut le long de sa colonne vertébrale. Son sang ne fit qu'un tour. Ici le mot important était calme.

    "Reste calme Ran, caaaaaalme..." telles étaient les pensées de la brune. Continuant sur sa lancée Aoi ajouta "Tes petites mains passeraient dans mes cheveux, ma langue caresserait tes fines lèvres demandant une entrée. Je trouverais ma jumelle, elles glisseraient l'une contre l'autre, s'enrouleraient avant de se détacher."

    Ran craqua, elle était rouge pivoine et son cœur ne ratait non pas un mais plusieurs battements. Elle prit son coussin qu'elle avait jusqu'à présent gardé dans ses bras et le balança sur son ordi en lâchant un grand "idiiiiiiiiiooooooooot"
    Aoi éclata de rire pendant que Ran était gênée par les propos du jeune homme.

    "Ahhhhhhhhh mon chéééériiiiiiii !" pleurnicha Ran en s'avançant vers son ordi qui avait perdu trois touches. "Bouhouuuuuu reste en viiiie ça va aller ça va aller !" Elle remit les touches une à une avec une précision étonnante.
    Revenant au jeune elle déclara "Au point où on en est autant dire je te roule une pelle !"

    Le noiraud lui n'en pouvait plus. Il avait les larmes aux yeux.

    "Arrête de rire !" Ordonna la brune. Aoi tenta de reprendre son souffle, il y arriva avec beaucoup mal. "Si je disais simplement je te roule une pelle ça perdrait en charme non? " Ran devait avouer que oui mais elle refusait à la place elle le traita d'idiot.

    L'heure tournait, et ce n'est qu'à 2 heure du matin que Ran décida d'aller se coucher, trois jours de suite à 4 heure du matin l'avait sérieusement fatiguée. C'est en baillant qu'elle souhaita bonne nuit au jeune homme qui lui répondit "Bonne nuit à demain" de sa voix endormie la brune lui répondit "oui demain.... bonne nuit je t'aime" elle arrêta sa cam et après un "Moi aussi" elle alla dormir en serrant son coussin balancé plus tôt dans ses bras.

    De son côté Aoi soupira, ça aussi c'était devenu une habitude. Je t'aime avant de dormir… évidemment ce n'était que des je t'aime amicaux ! Pourtant chaque soir il préférait penser que c'était plus qu'un je t'aime amical.

    Soupirant une dernière fois il arrêta son ordinateur et alla à son tour se coucher sans que la brune ne sorte de son esprit.

    La nuit fut mouvementé autant pour Ran que pour Aoi.

    Quand les rayons du soleil vinrent caresser le visage serein de Ran, cette dernière contrairement à ce qu'on peut voir dans les films, elle ne se leva pas en mode "chouette quelle belle journée !" Oh non non non... un roulé-boulé et c'était réglé.

    - Ran... Il est 15h45 tu ne vas quand même pas dormir toute la journée..? Questionna une voix douce. La voix avait beau être douce et calme la demoiselle se leva en sursaut

    - 15h45 ?!!! Répéta la brune terrifiée par l'heure annoncée.

    - Ah non excuse-moi reprit la mère, Ran soupira de soulagement

    - Il est 15h48 rectifia la femme

    Sa fille sortit de son lit en vitesse et immédiatement elle courut à la salle de bain. Une douche rapide, une coiffure tout aussi rapide, un coup de brosse à dent. Toujours avec rapidité elle enfila une tunique qui allait jusqu'au milieu des cuisses et un leggin. Elle ne s'attarda pas plus dans la salle de bain et descendit pour s'habiller. Le temps s'écoulait de plus en plus rapidement pour Ran.

    "Je sooooors !" Annonça-t-elle et sans attendre de réponse elle partit pour la gare, ou elle devait – normalement- retrouver Aoi.

    Ran arriva et vit Aoi de loin. Son estomac se noua, le stresse l'assaillait à nouveau, elle aurait aimé être au chaud devant son ordi assise sur son cher siège à tourner. Elle se serait bien mise à tourner au beau milieu de la rue mais... Elle aurait sûrement été emmenée en urgence…et puis ce n'était pas spécialement le moment surtout devant lui

    "Bon, à trois je le rejoins.. "  pensa-t-elle avant de commencer à compter. Mais elle s'arrêtait toujours à deux et au lieu d'avancer elle restait à observer chacun de ses mouvements.

    Elle finit tout de même par se décider à le rejoindre. Son cœur accéléra, sa respiration devint plus irrégulière encore. Son souffle devenait de la buée dans l'air. Elle le trouva imposant, non non non elle n'était pas petite ! Il était juste trop grand.... mais cela lui importait peu au contraire cela l'attirait plus encore. Elle croisa le regard du jeune homme et fut impressionnée par la beauté de ses yeux d'un bleu océan, on pouvait dire qu'elle s'y noyait.

    La demoiselle sentit son cœur lâcher une nouvelle fois et ses joues prirent une teinte rosée. Elle baissa le regard et lui demanda pardon pour son retard tandis que lui, il la détaillait observant chaque parties de son corps. Des yeux d'un vert émeraude, de fines lèvres roses, de longs cils. Plutôt petite, mais si mignonne.

    En conclusion elle était simplement belle, attirante et cela sans être maquillée. Le noiraud reprit ses esprits et sourit en voyant la demoiselle encore au stade des excuses. Il lui tendit la main. Elle fut étonnée et hésita un instant avant de glisser sa main dans la grande main du jeune homme. Elle se redressa et croisa une nouvelle fois le regard bleu ciel du noiraud. Elle s'y perdait totalement, elle était totalement hypnotisée par cette beauté. Dans le regard des deux jeunes gens on pouvait y voir un grand désir, une immense joie mais aussi une timidité passagère.

    Ran se mit à détailler sans gêne chaque traits du garçon. Ce dernier ne dit rien dans un premier temps laissant les yeux de son amie le parcourir lui faisant sentir des frissons. Il hésita, il ne voulait pas que cela s'arrête, il voulait garder sa main chaude fermement dans la sienne qui était froide comme la neige en ce jour.

    Après un long moment il finit par prononcer quelques morceaux de phrases. La demoiselle reprit ses esprits et remarqua l'air gêné du noiraud, ses joues rouges.

    D'ailleurs elle le lui fit remarquer tout en caressant ses joues le mettant un peu plus mal "J'ai froid ! Va pas te faire des idées !" affirma-t-il en détournant le regard

    "Haaaan, t'es trop chou !" lâcha la brune sans réfléchir. Mais cela mis le jeune homme encore plus mal à l'aise et plus embarrassé que jamais. Se reprenant il dit simplement " Je suis heureux de te voir devant moi et pas derrière un écran...." enfin.... il s'était à moitié reprit, ses joues étaient toujours aussi colorées et son regard déviait totalement. Sans parler de son cœur qui allait exploser....

    De son côté Ran était joyeuse, son cœur aussi allait bientôt lâcher. D'une petite voix elle répondit "Moi aussi je suis heureuse..."

    La voix douce et calme de la brune résonna comme une douce mélodie, comme une douce berceuse qu’une mère chante à son enfant. Elle résonnait en lui d'une façon étonnamment juste. Malheureusement l'estomac affamé de la demoiselle gâcha l'atmosphère apaisante dans laquelle les deux jeunes s'étaient enfermés l'espace d'un instant aussi court était-il. Aoi leva un sourcil tandis que Ran gênée par le bruit de son estomac regardait le beau sapin décoré du centre... c'est fou ce qu'il était beau tout d'un coup... Avec ses guirlandes et ses boules de noël sans parler de la merveilleuse étoile au sommet...

    - Dis moi Ran.... commença Aoi.

    - ...Ouiiiiiiii? Répondit la brune en souriant mais de manière... forcée?

    - Tu dois avoir faim...

    - Qu.... Qu... Non pas... du tout...

    - Ah bon ? Dans cas tu ne m'en voudras pas si je m'achète une délicieuse crêpe au nutella-chantilly...?

    - Bouhouhouuuuuu Aoi-kun tu es vraiment crueeeeeeel pleura Ran faisant rire le noiraud. Tandis qu'elle gonflait les joues et détournait le regard Aoi se reprit

    - Je t'offre ce que tu veux, on dira que c'est mon cadeau de Noël ! dit-il avec un doux sourire accroché aux lèvres.

    Au mot cadeau Ran devint pâle, elle avait totalement oublié de chercher son cadeau avant de venir... Elle en avait un ! Mais elle l'avait perdu... Et non ce n'était pas sa faute !

    Remarquant le teint blanc de la demoiselle Aoi ne put que lui demander si tout allait bien, ce à quoi elle répondit "Oui !" tout en reprenant son merveilleux sourire

    " Comment je fais ?! COMMENT JE FAIS ?!" pensa-t-elle terrifiée. Tandis qu'elle menait un sacré combat contre elle-même Aoi se contenta de la regarder en haussant un sourcil.

    - Et donc...? Questionna Aoi. La demoiselle stoppa net ses pensées

    - J'aimerais juste manger quelque chose, mais quelque chose de très bon. Dit-elle avec des étoiles dans les yeux

    Ils étaient donc partis pour manger. Ils avaient parlé de tout et de rien comme à leur habitude. Mais ce jour-là ils étaient encore plus heureux de se parler, leurs regards ne cessaient de se croiser, ils se perdaient, plus rien autour d'eux n'existait, il n'y avait qu'elle et lui, rien qu'eux.

    Tandis que le temps s'écoulait, ils en apprenaient un peu plus, jamais trop sur l'autre. S'ils le voulaient ils se verraient chaque jour, après tout ils n'habitaient pas si loin l'un de l'autre, bon d'accord il y avait la gare mais passons. Ils y avaient tous deux pensé à un moment, mais quelle importance, ils étaient ensemble l'un en face de l'autre en train de parler, rire et seul ce moment comptait.

    Mais peu à peu la nuit arrivait, les obligeant à penser à rentrer. Idée qui leur était désagréable, et qui pourtant devait se réaliser... Leurs cœurs n'avaient cessé de battre à tout rompre, s'ils devaient se quitter si tôt (car oui 22h c'est tôt !) autant que ce soit d'une manière à ce que cela reste gravé dans leurs esprits non?

    Marchant dans la neige blanche et froide de l'hiver, ils avançaient le plus lentement possible simplement pour faire durer chaque instant, juste rester un peu plus ensemble, ne pas se séparer trop rapidement...

    Malheureusement ils finirent par arriver à destination. Leurs cœurs se serrèrent, Aoi se décida à parler, il était décidé à lui avouer ses sentiments, lui dire combien il tenait à elle, combien il la trouvait belle, attirante mais plus encore il aimait son caractère, sa manière de voir les choses.
    Mais avant qu'il n'est pu ne serait-ce que dire son prénom elle, la brune prit la parole.

    - A-Aoi ! Quoiqu'il arrive ne m'interromps pas ! Ok? Questionna ma demoiselle

    - O... tenta le jeune homme

    - Pchhht ! Gronda-t-elle

    Il mit ses mains devant lui. Elle pouvait être timide et mignonne il ne fallait pas la contredire où elle devenait un petit diable.

    - J'hésite entre faire un speech et un résumé tu préfères quoi? Demanda Ran en s'arrêtant soudainement de faire les cents pas. Surpris Aoi leva un sourcil puis se prépara à répondre mais il eut à peine le temps d'ouvrir la bouche qu'elle avait elle-même répondu

    Son cœur battait à tout rompre, faire un résumé ou tout un speech? Elle décida au bout du compte de faire les deux, après tout pourquoi choisir quand les deux sont faisables? L'air entra dans ses poumons, puis elle expira et se mit à parler à toute vitesse sans laisser un mot au jeune homme

    - Il se trouve que.... Au début tu étais un ami et maintenant tu l'es toujours ne te fais pas d'idée mais tu vois quand je te parle eh bien mon cœur bat à tout rompre et puis nos conversations tard le soir qui ont fait qu'on ait appris à se connaitre ainsi que....

    Elle était gênée et ne savait plus quoi dire finalement pas besoin de tout ça. Elle irait droit au but et au moins si son cœur lâchait entre, elle lui aurait dit en trois mots l'intégralité de ses sentiments

    - Ahhhhhhh finalement j'vais te faire un résumé ! Annonça-t-elle

    Des flocons de neige tombaient petit à petit. Certains arrivaient sur le visage rouge de la demoiselle, c'était comme si ces flocons éteignaient le feu ardent de ses joues

    Respirant une nouvelle une grande bouffée d'air elle balança un "Je t'aime !" suivit d'un "Voilà ! Ça c'est dit" au jeune homme qui fut surpris.

    Il s'approcha de la brune et la serra contre lui. Ses battements étaient rapides, très rapides. Elle lui avait fait perdre tous ses moyens en seulement trois mots. Mais malgré ça ces mots étaient forts, et représentaient beaucoup.

    - Idiote.... Ne dis pas je t'aime avec tant de simplicité! Lui reprocha Aoi

    - Haaaan tu me rejettes comme ça normal…. Pleura Ran voulant entendre "ces" sortant de "sa" bouche.

    - Parce que c'est pas clair?

    - Pas du tout. Affirma la brune en fermant les yeux et croisant ses bras.

    Le noiraud soupira, ce qui fit sourire Ran intérieurement. Il allait lui faire comprendre !

    Aoi passa délicatement ses doigts sur la joue gauche de son amie et d'une voix calme et apaisante il prononça son nom la faisant frissonner. Elle leva son regard vert émeraude vers le sien océan et le questionna du regard.

    Sans attendre plus il scella leurs lèvres dans un doux, tendre, baiser où la réponse attendue par la demoiselle passa. Il fut timide mais peu à peu tandis que la brune se détendait il approfondit ce précieux échange

    Il y mit tout l'amour dont il disposait, il voulait lui transmettre tous ses désirs, ses envies, il voulait lui montrer à travers cet échange qu'il l'aimait dans toute sa splendeur, physiquement mais surtout pour son caractère qui pouvait être doux et tendre comme un mouton mais aussi tout le contraire.

    Par manque d'air, tous deux se séparèrent à contre cœur. Ran était assez étonnée elle ne pensait pas qu'il l'embrasserait, c'était une façon de se déclarer, et elle devait avouer que cette manière était très plaisante.

    - Alors c'est assez clair ? questionna le noiraud en détournant le regard.

    - Hmm.....Je pourrai être cruelle et dire que non ce n'est pas clair du tout. Mais.... Je mentirais dans ce cas.

    Répondit-elle le rouge aux joues.

    - Tu aimerais les entendre?

    - Entendre quoi? Demanda la demoiselle avec curiosité

    - Ces trois mots magiques... expliqua Aoi avec un clin d'œil

    - Vraiment? Questionna Ran avec vivacité

    - Oui.... Prend ça comme mon vrai cadeau de Noël. Affirma le noiraud avant de continuer et de prononcer un "je t'aime" sincère

    Ran fit un sourire merveilleux montrant toute sa joie au jeune homme qui dévia une nouvelle fois tout en passant une main gênée dans ses cheveux noirs comme le plumage d'un corbeau.

    Tandis que le noiraud fermait son visage, ne laissant apparaitre aucune expression la demoiselle pensa au cadeau et d'une petite voix elle se lança une seconde fois

    - Aoi..... A propos de cadeau....

    Il la regarda avec interrogation et d'un hochement de tête il la poussa à continuer

    - Il se trouve que j'en avais un.... oui "avait"... et il se trouve aussi que je l'ai totalement perdu...

    - T'as de la chance je suis pas difficile. Annonça-t-il avec un sourire

    - Haaaah ça veut dire que tu me pardonnes? Aoi I love youuuu ! S'exclama la brune

    - Non je ne te pardonne pas. Répondit calmement le noiraud

    - Bouhouu cette histoire se termine aussi vite qu'elle a commencé ! Désespéra Ran les larmes aux yeux

    - Hey Ran... Appela Aoi

    - Hm? Interrogea la concernée en relevant son regard triste vers son...ex?

    Il montrait du doigt ses lèvres. Son regard était celui d'un renard sournois, mais en même temps on pouvait y déceler une grande joie, un désir fou ainsi qu'un amour sincère et plus vrai que jamais. Ran rougit comme une rose rouge sang.

    - C'est.... tout?

    - Oui ! Enfin après si tu veux on peut aller plus loin. Répondit le noiraud avec un clin d'œil.

    - Idiot ! Hurla la brune faisant sourire malicieusement Aoi.

    Tandis que leurs cœurs battaient à l'unisson, leurs souffles se mélangeaient et leurs lèvres se fermaient pour la seconde fois. De petits baisers volés puis finalement un langoureux baiser échangé. Tout d'abord sensuel et calme il devint petit à petit moins calme, moins sensuel, moins timide.

    Tout avait commencé un soir de décembre, où la neige recouvrait chaque allée de sa couverture d'un blanc immaculé et une mère abandonnait son enfant précieux et cher à ses yeux. Et tout se finissait un soir de décembre les flocons tombant sur le manteau de neige mais aussi sur deux êtres collés l'un à l'autre se dévoilant tout leur amour.

     

    Fin fin fin fin fin fin fiiiiiiiin

    Ce one-shot écrit par Linouch' et corrigé normalement par Kuria  o3o
    Laissez vos avis et si vous voyez encore des fautes dites le nous o/


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique